Nous ne faisons pas de secret de notre réparation des sacs FREITAG accidentés. Il est en revanche moins connu que nous donnons aussi une nouvelle jeunesse aux vieilles pièces uniques adorées et pleines de trous. Notre chirurgienne des bâches de camion, Morena, donne pour la première fois une interview en direct de son coin couture et réparations.

Autrefois, je rembourrais des calèches, des fauteuils chesterfield ou des pièces anciennes. Je leur fournissais une nouvelle tenue pour ainsi dire. Aujourd’hui, je soude des bâches, comble les trous avec de la couleur, rapièce les coins et remplace des vieilles chambres à air de vélos, des logos, des fermetures Velcro®, des ceintures de sécurité ou des boucles Lockmonster.

Le manifeste FREITAG le clame haut et fort : « we repair ». En pratique, ces réparations se déroulent au QG des bâches de camion, au Nœrd d’Oerlikon, en bas à droite. Entrée Est. Ici, dans l’atelier de réparation, Manuela, Leonissa et moi-même, Morena, remettons d’aplomb les sacs vieillissants ou accidentés grâce à des gestes d’urgence conçus sur mesure.

Je suis entrée chez FREITAG il y a treize ans, comme designer de sacs. Ma mission consistait à découper les bâches. Les sacs FREITAG ont toujours été rapiécés. Mais si les bâches étaient trouées, elles étaient simplement recouvertes d’un bout de nouvelle bâche. Nous avons une fois essayé de requinquer les bâches à trous. Nous avons fini par avoir le coup de main et je suis arrivée dans le Repair Team, devenu ensuite Retarp Team.

«Avant, nous recevions régulièrement des messages personnels glissés dans les sacs.»

La plupart du temps, nous pouvons accomplir pas mal de choses avec de la peinture, un pistolet à air chaud et une roulette, faisant ainsi le bonheur du propriétaire du sac. Parfois, les très vieux sacs sont malheureusement au-delà de tout sauvetage, car les trous sont trop grands, la bâche trop rigide et cassante.

Avant, nous recevions régulièrement des messages personnels glissés dans les sacs, avec des anecdotes sur les pièces accidentées ou en témoignage de la reconnaissance des propriétaires. Il nous est même arrivé de trouver un petit chocolat pour nous remercier de notre intervention. C’était vraiment super. Aujourd’hui, grâce au fonctionnement irréprochable assuré par le processus de réparation numérique, cela est aussi devenu plus rare. Les petits mots écrits à la main et les chocolats sont difficiles à envoyer par smartphone...

«Nous réparons chaque sac individuellement – par hasard, par plaisir et au nom du cycle.»

Une chose est certaine : nous ne nous ennuyons jamais car chaque sac est une pièce unique, portée et utilisée avec individualité par un individu, que nous devons en conséquence réparer individuellement. Et nous continuerons à le faire ici (et là)* – par hasard, par plaisir et au nom du cycle.

* Il ne serait pas très malin d’envoyer les services de secours chercher les sacs blessés très éloignés du QG des bâches et de les renvoyer ensuite. Les sacs du Japon sont donc réparés au FREITAG Store Tokyo Shibuya. Pour éviter de crouler sous la montagne de sacs, deux de nos producteurs qui cousent de nouveaux sacs FREITAG nous aident à nous sortir du pétrin.


SOS, PIÈCE UNIQUE EN DANGER !

Des pièces de rechange gratuites, comme les boucles ou boutons à changer soi-même, aux petites réparations sans intervention sur la bâche, effectuées gratuitement dans les trois ans suivant l’achat, en passant par le vaste F-service complet pour sacs, où nos chirurgiennes des bâches redonnent vie à ta pièce préférée : tu trouveras ici toutes nos mesures d’urgence adaptées à tes besoins.

Dr Morena, j’ai besoin de ton aide !